the Slow Slushy Boys

Reviews 2010/...

LP - "En Direct d'Alto" (Larsen)     2019

La chronique de Voix de Garage
C’est grâce à ce groupe que j’ai plongé dans le Garage Punk. Depuis ils ont changés leurs orientation musicale vers un croisement Soul / Rocksteady ultra classieux (mais ça ils l’ont toujours été). Les voici enregistré en live en plein cœur de leurs montagnes et cet album retranscrit bien la chaleur, la joie et la sueur qu’on à partagé avec eux lors de leurs concerts.

Musicalement ce disque est assez axé sur les chansons soyeuses qui bénéficient d’une orchestration luxuriante avec orgue façon Hammond et section cuivres… ça groove à tous les étages, ça libère le corps tellement leur musique donne envie de faire frotti frotta et en même temps le cerveau n’est pas oublié tant ces chansons respirent l’intelligence, le plaisir et le talent ! Un talent rare qui associe maîtrise instrumentale et une certaine rugosité venant du Rock qui instille dans ce mélange de mélodies faites pour danser et/ou communier une puissance émotionnelle qui échappe souvent à la majorité des groupes du revival Soul actuel. Mais les Slow Slushy Boys sont GRANDS et ce live est là pour célébrer leur nom ! [Bertrand tappaz Voix de garage]

                                                                                                                                                                                                                                          

En attendant le nouvel album studio des Slow Slushy Boys, prévu, si tout va bien, à la fi n de l'année, le groupe, pour faire patienter, publie son premier album live. Un disque qu'ils ont enregistré pas loin de chez eux, en Savoie, lors d'un concert diffusé en direct sur les ondes de Radio Alto. C'était en 2013, peu après la sortie de leur dernier album studio, "Live together". Ce qui explique qu'on trouve 5 extraits de ce disque sur le live. L'album en profi tant pour survoler toute la
carrière du groupe, depuis leur tout premier album, paru en 1990, d'où est extrait "Mrs X", jusqu'à "Rise up", le single paru pour célébrer leur quart de siècle. Le tout saupoudré de 2 reprises, "Dance on thru", des Human Beinz (circa 1967), et "The almighty", du chanteur rocksteady Jackie Opel (circa 1965), et d'un instrumental, "Première cavalcade", qui avait fait l'objet d'un single solo de Graham Mushnik, l'organiste des Slow Slushy Boys. Notons que "The almighty" est le seul titre de l'album à ne pas avoir été enregistré lors du concertRadio Alto de 2013, ayant été capté l'année précédente, lors d'une prestation  dans l'antre du groupe, à La Fougère. Quant à la version studio, elle avait été enregistrée par Benny Gordini with the Teen Axel Soul Arkestra, projet parallèle porté par Denis, le chanteur des Slow Shushy Boys, et son fi ls, Teen Axel, autre pseudo de Graham Mushnik. Ca va, vous suivez ? Depuis quelques années, les Slow Slushy Boys ont délaissé le garage des origines pour se tourner vers la soul et le funk estampillés 70's, la couleur musicale de cet album live, le groupe étant d'ailleurs enrichi de la section de cuivres complète (2 trombones, 1 sax, 1 trompette) qu'on entend parfois sur disque, mais qu'on ne voit pas toujours sur scène. Gageons que, pour cette fois, le fait de jouer presque à domicile a permis à tout le monde d'être présent. Pour le coup, les Slow Slushy Boys, sur cet album live, c'est de la soul de proximité, le public présent étant sûrement constitué d'amis de longue date, indéfectibles et fi dèles. Un album enregistré dans les meilleures conditions, avec un son que beaucoup de groupes plus "professionnels" pourraient leur envier, un album live AOC, garanti sans overdubs et sans tripatouillages de mauvais aloi. Il a même été mixé directement au cul de la console, en prise directe, c'est dire si la spontanéité était bien le souci majeur du groupe, malgré le côté toujours un peu imprévisible de la méthode. Un disque dansant, sensuel et groovy, comme on n'en entend plus beaucoup ces temps-ci, ça repose. 
(Lionel Dekanel 442e RUE)

LP - "Whelk Time" (Larsen)     2017

Album du mois d’Avril 2017 de VOIX DE GARAGE
Ça fait Plaisir cette compilation ! En dépit du fait que j’ai presque (à l’exception de deux d’entre eux) tous les titres ici présent puisque je suis un très gros fan des Slow Slushy Boys. Cependant en plus du très vif plaisir que j’ai toujours à écouter leur musique, cette compil est là pour faire découvrir aux nouvelles générations à quel point ce groupe a été primordial dans l’Histoire du Garage européen dans les années 90 et 2000 (et continue à l’être par d’autres voies encore aujourd’hui), il n’y a qu’à voir le nombre de labels sur lesquels ils ont sortis des morceaux, sous différents formats… ainsi que les collaborations qu’ils ont fait… Mais bon tout ça on peut s’en foutre et se concentrer sur ces 12 chansons (8 compos et 4 covers : Real Kids, Outsiders, Shindiggers, The Seven) parce que la musique se suffit tellement à elle-même ! Intemporel leur Rock Garage puise chez les meilleurs et impose une personnalité reconnaissable entre mille. Et ça c’est tellement rare qu’il faut le chérir !!! Pas d’inédits ici mais que des chansons parues sur des supports qui sont tous épuisés depuis belle lurette ! 100% pure Slow Slushy Boys style !!! Le pied total ! [Bertrand tappaz Voix de garage]
                                                                                                                                                                                                                                          
Ah tiens, une sorte de best-of des savoyards reprenant des titres de leur deux 10' de 1995 et 1997 et de certains 45t de la même époque. Remarque, ça tombe bien, vu que ces disques doivent être épuisés depuis belle-lurette, j'imagine. Perso, c'est ma période préférée du groupe, la transition entre le garage 60's des débuts et la soul / r'n'b qu'ils pratiquent depuis bien quinze ans. A cette période, ils naviguaient dans un mélange de british-beat et de r'n'b revu par les groupes garage US des sixties, et leur son était vraiment super agréable, classe et racé. On notera une reprise excellente des Real Kids et plusieurs chansons qui rappellent finalement les Kinks: bonnard ! ( Meantime zine)

                                                                                                                                                                                                                                          

Attivi dal lontano 1989, gli SLOW SLUSHY BOYS sono una delle migliori bands provenienti dalla Francia. Una decina di album (tutti in rigoroso vinile), un numero incalcolabile di 45, ep (uno dei quali anche sulla mia Face Records nei primi 90's) e apparizioni su varie compilation, cambi di formazione vari e concerti ovunque in Europa. Tornano ora con una serie di uscite discografiche che inquadrano alla perfezione il loro percorso. L'album "Whelk time" è una gustosissima compilation che raccoglie 12 brani registrati tra il 1994 e il 1997 quando la band viaggiava tra rhythm and blues, garage beat e rock 'n' roll primitivo mentre i due nuovi singoli, "Rise up" e "Gimme your love" li colgono nella nuova incarnazione funky soul tra Hot Chocolate, Curtis Mayfield e James Brown. Da seguire e supportare. Lunga vita !! (Tony Face,blogspot, Italia)

                                                                                                                                                                                                                                            

Avec plus de 25 années de service, les Slow Slushy Boys sont l'un des groupes français les plus anciens encore en activité, mais aussi l'un des plus prolifi ques avec une dizaine d'albums (25 ou 30 cm indifféremment) et, surtout, une palanquée de singles et de EP, et je vous fais grâce des nombreuses compilations auxquelles ils ont participé. De ce bon quart de siècle d'existence, la période la plus prospère fut peut-être la décade s'étalant de 1994 à 1997 avec, à elle seule, 2 albums et une dizaine de formats courts. Après le garage-rock des débuts, les Slow Slushy Boys se tournent vers le rhythm'n'blues, la soul et le garage beat tels que les anglais les pratiquaient dans les 60's et tels que quelques revivalistes l'exhumèrent à partir des années 80. En ce sens, quand les Slow Slushy Boys se revendiquent aussi bien des Kinks que des Lyres ou des Milkshakes, ils résument assez bien leur état d'esprit de l'époque. Les Slow Slushy Boys sont alors un quintet, chant, guitare, basse, batterie et orgue, ce dernier instrument étant un élément essentiel au style choisi et donc à leur propre alchimie musicale. A l'occasion, les cuivres du Flan System ou les choeurs des Godzillas (2 groupes de la grande famille Larsen) viennent parfois enrichir la palette sonore. Cette compilation se veut une anthologie de cette période avec 12 titres soigneusement sélectionnés, tous extraits de la discographie pléthorique de cet épisode de leur carrière. Aucun inédit dans cette sélection, mais comme les disques d'où sont issus ces morceaux sont depuis longtemps épuisés, voilà une belle occasion de compléter votre discothèque si celle-ci comporte quelques blancs. Moi-même, je me suis ainsi rendu compte qu'il m'en manquait une poignée dans le tas. Déjà à l'époque, il n'était pas facile de suivre le tempo tant les disques s'enchaînaient sans fl échir. Sans compter que plusieurs sont sortis sur des labels étrangers (Face Records et 3M&P Records en Italie ou Pure Vinyl en Autriche), ce qui ne facilitait pas toujours la tache de l'acheteur. 8 des titres de cette compilation sont d'ailleurs extraits de 45t, les 4 autres étant parus en 1995 sur le 25cm "Wild whelk twist". Si les Slow Slushy Boys ont toujours mis un point d'honneur à composer une bonne partie de leur répertoire, ils n'ont jamais craché sur une bonne petite reprise, comme le prouvent ici "Seven" des Sevens (groupe suisse du mitan des 60's), "Do the boob" des Real Kids (groupe bostonien emmené par John Felice), "Say you will" des Shindiggers (australiens de Melbourne) ou le classique "Won't you listen ?" des néerlandais Outsiders. Mais certains originaux n'ont pas à rougir de la comparaison, "Knockin' at my door", "Hey Angelina !", "On my back" ou "Early in the morning" seraient parus dans l'Angleterre des 60's, ils seraient probablement aujourd'hui des pépites qu'on s'empresserait de canoniser. De ces Slow Slushy Boys du milieu des années 90 se dégage une joie de jouer volubile et énergique, la guitare cisaille du riff avec la précision d'un laser chirurgical, l'orgue tisse de la mélodie avec l'élégance d'une demi-mondaine de la Belle Epoque, la section rythmique assène du tempo avec la souplesse d'un marteau de ciseleur et le chant module de la vocalise avec la conviction d'un tribun de la Grèce ou de la Rome antiques. En 2 minutes 30, chaque titre va à l'essentiel, vise juste et se fait fort de vous dérouiller les articulations. Louable initiative de la part de Larsen et de Benny Gordini (patron du label et chanteur du groupe) que d'avoir exhumé ces quelques gemmes quand les Slow Slushy Boys sont aujourd'hui passés à une autre phase de leur parcours musical, nettement plus soul et groovy. Il est bon de se rappeler cette étape particulière dans la vie du groupe, d'autant que nombreux sont probablement les fans actuels n'ayant pas connu ce passé qui commence à s'éloigner. 20 ans, c'est une génération qui est apparue depuis, même si quelques bataillons de vétérans n'ont toujours pas déposé les armes. (Lionel Dekanel 442e RUE)

                                                                                                                                                                                                                                          

Slow & Slushy by name, not by nature. This french band have helped popularize revivalist beat music not only by the many sides they've released since their 1990 debut, but also via Larsen, the record label and magazine started by the band leader Denis Olivères. This collection collates the best of the band's releases from 1994 to 97. Twelve tracks previously only available on limited-run seven-inch singles and 10-inch LP's. Firmly rooted in hip-shaking garage-y R&B, the band pays hommage to their inspirations with covers of The Real kids (Do the Boob), The sevens (Seven) , Shindiggers (Say You Will) and Dutch band The outsiders (Won(t You Listen) . The original tracks are equally as taut and snappy and contain a contender for the best song's title ever with Can The Poseur Do The Whelk ? With ace sleeve notes by Shindig's own Lenny Helsing, this is a fine introduction for uninitiated toe-dippers and a handy collection for long-time fans. (Duncan Fletcher, Shindig ! Mag Uk)

                                                                                                                                                                                                                                          


7" - "Gimme Your Love" (B-Soul) 2016
Les SSB sont totalement émancipés et affranchis de toute famille musicale, en France en tout cas. Ils seraient américains, on les aurait étiquetés, et au moins, ça les aiderait un minimum. Bientôt 30 ans d'activité et ils restent cantonnés à l'anonymat avec au mieux un entrefilet dans le cercle du fanzinat à chacune de leurs sorties. Ils se sont fait une raison depuis longtemps. On dirait qu'ils font ça pour se faire plaisir et qu'ils se foutent du reste. Ce nouveau single est tout simplement prodigieux. Ils seraient amerloques je disais donc, ils seraient hébergés chez Daptone et France Inter nous en rabattrait les oreilles. Leur “Gimme You Love” est un tube interplanètaire à terrasser Tom Jones. Le chanteur, Denis Olivères, qui a composé les deux morceaux ici présents, fait preuve d'un incommensurable talent qu'il faudra reconnaître à sa juste valeur un de ces jours. Ca, ça s'appelle savoir trousser la belle ouvrage, la face B étant du même calibre, une douceur qui s'étend sur presque sept minutes après les 5'10” de la face A, “I need Your love (To Keep It Up)” pour dire si les SSB s'assoient sur les standards radios et préfèrent produire des disques à écouter que des produits à entendre. (Patrick Foulhoux, DIG IT zine)

                                                                                                                                                                                                                                          

Après plus d'un quart de siècle d'existence, les Slow Slushy Boys poursuivent leur mutation musicale. De fait, il y a longtemps que le groupe a abandonné son garage d'origine pour donner aujourd'hui dans une soul sensuelle et nonchalante, une soul qui prend le temps de vivre, préférant siroter un cocktail au bord de la piste de danse plutôt que s'échauffer les sens et les sangs sur celle-ci. C'est en tout cas cette soul fl âneuse et traînante que le groupe propose surce nouveau single avec 2 titres qui s'étirent en longueur telles un greffi er au coin de l'âtre ou un lézard en pleine séance de bronzette. L'instrument roi sur ces 2 titres est l'orgue de Graham Mushnik qui ondule comme des volutes de fumée dans un bar de nuit (du moins, avant la loi anti-tabac), vous faisant, par mimétisme, chalouper du bassin et des épaules en suivant ces mélodies sinueuses et mouvantes. Un disque calibré pour les fi estas estivales plutôt que pour les douillettes soirées hivernales. Ca vous laisse le temps de vous préparer. (Lionel Dekanel, 442e Rue)

                                                                                                                                                                                                                                          

7" -  "Rise Up/ A Sad Story"  (Larsen LZ0100)    2015

100eme production Larsen ! C'te hallu !! Du coup, le label savoyard paye son 45t gratos et c'est le groupe historique qui s'y colle, les Slow ! Dans la lignée de l'album précédent, c'est ambiance funk à fond les manettes. C'est pas mon style de prédilection donc je ne saurais vous donner des références judicieuses mais ça groove pas mal. La face B est le remake d'un vieux titres des Slow, relifté façon soul/funk et c'est assez réussi. Voili voilou, moi j'y connais pas grand ch' dans le genre, mais c'est bien branlé comme tout (je sers à rien, ok!). Rendez vous pour la référence 200  (Meantime webzine)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Dig It)                                                      (442e Rue)                                            (Shindig)

INTERVIEW ABUS DANGEREUX 2014 (B. Tappaz)

                                                                                                                                                                                                                                          

LP -  "Live Together"  (Larsen LZ099)    2013

8ème album (seulement, mais aussi toute une belle collection de singles et EPs) pour ce groupe qui existe depuis 1989. Un album qui est une résurrection, après un assez long break. Ce nouvel album c’est une excellente nouvelle pour moi qui adore ce groupe depuis le début et qui suis resté fidèle, les suivant dans leur évolution musicale. Une paire de nouveaux membres à intégré le groupe, mais celui-ci continu sur sa lancé très Rhythm & Blues / Soul avec cette fois-ci une petite fragrance venue des îles (Jamaïque). 10 chansons bien soyeuses et soulfull, un vrai disque de lover ! Les Slow Slushy Boys ont le pouvoir magique de prendre possession de vos hanches et de votre bassin pour vous faire danser langoureusement. Ce disque sur l’amour est tour à tour mélancolique (parce que parfois l’amour ça marche pas comme on veut) et euphorique. La section de cuivres est un apport essentiel, toujours présente mais jamais envahissante elle occupe la place qu’il faut pour magnifier ces compositions. Et au dessus comme toujours plane la voix unique de Benny. C’est juste un ravissement pour l’âme et les oreilles. (Bertrand Tapaz Voix de garage)

review Action Time... & Vision

review Meantime

review 442e Rue

                                                                                                                                                                                                                                          

INTERVIEW ABUS DANGEREUX 2016 (Max Well)

SITE LARSEN RECORDZ